Un test salivaire pour lutter contre la somnolence au volant

Sécurité routière

mars 4, 2015 0

Une équipe de chercheurs français vient de mettre au point un test salivaire permettant de détecter le degré de fatigue d’un conducteur.

BestDrive - Un test salivaire contre la somnolence au volantOn connaissant déjà les tests salivaires pour leur efficacité dans la lutte contre l’alcool et la drogue au volant, mais on vient de leur découvrir une nouvelle utilité ; c’est grâce aux recherches de scientifiques du Centre du Sommeil de l’Hôtel-Dieu, à Paris, que ce nouvel outil de sécurité routière a pu voir le jour.

D’après Le Figaro, qui a révélé l’information il y a quelques jours, des expérimentations, financées par la Fondation Vinci Autoroutes, sont actuellement en cours et pourraient aboutir à l’équipement de « chaque véhicule individuel, a indiqué François-Brice Hincker, Directeur de la communication Vinci Autoroutes. Aujourd’hui, les principaux facteurs de risques, qui sont la vitesse, la drogue et l’alcool, sont mesurables, ce qui rend d’ailleurs les sanctions possibles. Il manquait un indicateur objectif pour mesurer non pas la fatigue mais la privation de sommeil. Avec ce test, les conducteurs ne seront plus livrés à de seules impressions subjectives: ils pourront se tester avant de prendre la route pour un long trajet. »

En 2013, une étude menée par l’association « 40 millions d’automobilistes » avait ainsi révélé que la somnolence au volant était à l’originie de près de 700 décès chaque année, et d’un accident mortel sur trois sur autoroute.

Même si les signes de fatigue sont plutôt faciles à détecter pour le conducteur (yeux qui picotent, raideurs dans la nuque, inconfort, etc.), Daniel Quéro, Président de « 40 millions d’automobilistes », estime que ce test salivaire pourrait « constituer un élément de prévention », mais souhaite insister sur le fait qu’il ne doit en aucun cas devenir un outil de répression : « Vous imaginez les forces de l’ordre mesurer votre fatigue lors d’un contrôle routier ? Cela serait la porte ouverte à toutes les dérives. Comme s’il fallait avoir la forme d’un sportif de haut niveau pour pouvoir conduire ! ».

Une réponse à la demande des sociétés d’autoroutes qui, il y a quelques années, avait émis leur volonté de faire de la somnolence au volant une infraction… Ce à quoi François-Brice Hincker a rétorqué, à juste titre : « Il est évident que lorsque l’outil existera, les pouvoirs publics pourront en faire ce que bon leur semble ».

Pour avoir des résultats probants, il faudra attendre le dernier trimestre de cette année, lorsque les cinquante volontaires auront achevé leur période de test en conditions réelles sur les routes françaises. Info à suivre donc…

Sources : L’express, Autonews.fr
Crédits photo : Thai Health

Partagez l'article en 1 clic !

Articles similaires

Allianz et Waze nous mettent en garde contre #laroutine
Allianz et Waze nous mettent en garde contre #laroutine
Les policiers britanniques s’entraînent aux courses-poursuites avec Gran Turismo
Les policiers britanniques s’entraînent aux courses-poursuites avec Gran Turismo
Des passages piétons « en 3D » pour un meilleur impact
Des passages piétons « en 3D » pour un meilleur impact

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.