L’Opel Adam Rocks s’offre un relooking survitaminé

Actu

février 25, 2015 0

Pour pallier les faibles ventes de son Opel Adam en France, le constructeur allemand a transformé la petite citadine branchée en mini crossover urbain. Simple pirouette lexicale ? C’est ce que nous allons voir !

BestDrive - Opel Adam Rocks 2015Rien à faire : malgré son look dynamique, ses innombrables possibilités de customisation et ses couleurs vitaminées, l’Opel Adam (baptisée ainsi en hommage au fondateur de la marque, Adam Opel) ne parvient pas à se faire sa place au soleil français. En 2014, soit deux ans après son lancement, elle n’a été vendue qu’à 4 000 exemplaires…

Triste record pour la marque à l’éclair qui peine à trouver une brèche sur un marché déjà bien occupé (pour ne pas dire encombré) par la nouvelle Renault Twingo, la Peugeot 107, la Citroën C1, la Fiat 500, la DS3, la Mini ou encore l’Audi A1.

Mais alors que faire pour se différencier de ces concurrents féroces ? La tâche n’est pas aisée, d’autant plus qu’Opel ne jouit pas vraiment d’une réputation de constructeur « funky », et ce malgré le vent de fraîcheur soufflé par sa nouvelle ambassadrice, Claudia Schiffer.

L’Adam a donc subi un relooking pour devenir l’Adam Rocks ; surélevée de 15 mm (avec une garde au sol de 14 cm environ pour une longueur de 3,75 m), elle possède désormais d’imposantes moulures de protection des roues, d’un châssis dont plusieurs éléments ont été modifiés et d’une nouvelle palette de couleurs comprenant notamment le jaune Goldbusters (à découvrir en photos). Petite nouveauté supplémentaire : un toit souple motorisé capable de s’ouvrir en roulant jusqu’à 200 km/h et de se fermer en roulant également, mais jusqu’à 140 km/h « seulement ».

Dans l’habitacle, on profite de la célèbre « deutsche qualität » d’un équipement ergonomique et complet, installé sur une planche de bord redessinée, et d’un confort de conduite hors du commun pour un véhicule de cette catégorie : de l’insonorisation à la limitation des vibrations, rien n’a été laissé au hasard.

D’ailleurs, sous le capot, on trouve maintenant un moteur turbocompressé 3 cylindres d’un litre développant 115 chevaux pour 170 Nm de couple au maximum, doté de technologies dernier cri comme l’injection directe, le collecteur d’échappement intégré dans la culasse et la distribution à calage variable en continu.

Le prix annoncé de cette Adam Rocks ? 19 750 €. Reste à savoir si tous ces changements suffiront pour (enfin) séduire les conducteurs français !

Sources : Le Figaro, Netcarshow.com
Crédits photos : Opel 

Partagez l'article en 1 clic !

Articles similaires

Le Mans Classic : toujours aussi beau !
Le Mans Classic : toujours aussi beau !
L’automobile fait son show à Genève (vidéo)
L’automobile fait son show à Genève (vidéo)
Reportage dans les allées de Retromobile 2018
Reportage dans les allées de Retromobile 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.